Le Golgotha, Louis de Caullery et atelier, vers 1610-1620

18000 €
Époque : XVIIème siècle
Provenance : Anvers, Flandres
Matériaux : huile sur panneau
Signature : Louis de Caullery et atelier
Dimensions : h. 111 cm, l. 81 cm
Voir la fiche de l'oeuvre

Le Golgotha, Louis de Caullery et atelier, vers 1610-1620

La peinture que nous présentons fait partie des œuvres emblématiques du peintre flamand Louis de Caullery, spécialisé en scènes galantes et allégoriques, il exécute rarement les œuvres religieuses, cependant dans le thème de la crucifixion il élabore une composition unique qu’il répètera avec des variantes à de nombreuses reprises grâce au succès rencontré.
Dans notre oeuvre le peintre nous plonge dans une atmosphère sombre accentuée par un ciel noir d’où émerge à peine une lumière rougeâtre, l’éclairage nocturne de la scène nous fait penser à une représentation théâtrale plutôt qu'a une scène historiée.
Le cavalier habillé en rouge sur un cheval cabré au premier plan regarde le spectateur et semble l’inviter à contempler le drame qui se déroule dans cette ambiance fantaisiste de la Crucifixion de Jésus.
Jésus sur sa croix au milieu, regardant le ciel est entouré de deux larrons.
Une vaste foule est assemblée autour de trois croix.
Au premier plan à gauche, les bourreaux du Christ au visages déformes et caricaturaux lance les dès pour se départager la tunique de Jésus.
La Vierge et Saint Jean au pied de la Croix sont accompagnés de Marie Madeleine agenouillée.
Une multitude de cavaliers sont attroupés, munis certains des lances et étendards. Portant les vêtements riches et exotiques, les turbans, les coiffes extravagants, les panaches sur les casques, les tuniques de toutes les couleurs, voici une vision de l’Orient antique imaginé par un peintre flamand de la Renaissance.
Le Ponce Pilate à gauche du Christ, est reconnaissable grâce à son mantelet d’hermine, il regarde impassible le supplice de Jésus
Au loin des nombreux soldats patrouillent le terrain munis de lances.

Dans sa palette l’artiste utilise des ocres et des jaunes qu’il combine avec des coloris vibrants de verts véronais, rouges, pourpres et bleu, auxquels s'ajoutent des points de blanc et de gris presque fluorescents. De même, les personnages présentent des visages presque caricaturaux avec des têtes bien rondes, des nez proéminents, des moustaches et des barbes finement dessinés.
Ce travail minutieux qui consister à traiter chaque visage, à leur apporter une expression et une conception unique est un des grands talents de Louis de Caullery, qui se spécialise dans la représentation des foules. Cette technique laisse l’opportunité au spectateur d’arrêter le regard sur des figures ou de groupe de figures particulièrement détaillés et contempler l’œuvre sans jamais se lasser.

Louis de Caullery (1582-1621) et atelier, vers 1610-1620
Huile sur panneau de chêne
Dimensions : h. 51 cm, l. 81 cm
Large cadre en bois noirci aux moulures ondées de style Flamand
Dimensions encadré : H. 81 cm, l. 111 cm

Œuvres en rapport:
Les Crucifixions de Louis de Caullery et de son atelier se divisent en deux groupes : les compositions horizontales, généralement très grandes (comme la notre) ou des compositions verticales, plus réduites en taille.

Compositon horizontales:
• Louis de Caullery, huile sur bois, 72x105 cm, Musée de Beaux Arts de Rennes
• Louis de Caullery, huile sur toile, 56 x 74 cm, Musée de Beaux Arts de Buenos Aires, Argentine
• Louis de Caullery, huile sur bois, h. 53 cm x l. 75 cm, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles ; signé « Cauleri IN fecit 1619 »

Compositions verticales:
• Louis de Caullery, huile sur bois, h. 75 cm x l. 56 cm, Musée de Prado, Madrid
• Louis de Caullery, huile sur cuivre, h. 33 cm x l. 23 cm, Musée National de Varsovie, Pologne

Louis de Caullery
Probablement Caulery vers 1582 – Anvers, vers 1621

On possède peu de renseignements sur les origines de l’artiste. Il est sans doute né a Caulery, la ville dont il finit par prendre le nom et qui est situé à 18 km de Cambrai.
Il conserva vraisemblablement des liens avec cette région. En 1594 il fut recruté sous le nom de « Loys Solleri » comme apprenti du paysagiste Joos de Momper. Quand il devint maître de la Guilde de Saint-Luc à Anvers dans la liste de 1602-1603, il s’inscrivit sous le nom de « Lowis Callori.
Caullery fut un peintre prolifique de scènes de genre et de tableaux mythologiques. Son style élégant est orienté vers le maniérisme tardif. On a très justement comparé ses compositions à personnages multiples à l’œuvre de Frans Francken et d’autres maîtres maniéristes. Des personnages à petite échelle sont représentés sur d’immenses places, les scènes d’intérieur ou dans un paysage avec une tres grande profondeur de champ.
Son mélange de scènes de genre et de peinture de paysage est entièrement nordique et même quand il introduisait des thèmes mythologiques et religieux, c’était a la manière d’un peintre de genre non héroïque.
Il n’existe pas de signes d’évolution stylistique de son œuvre. Quelques tableaux sont datés mais ils appartiennent principalement a la fin de sa carrière, comme l’Allégorie des sens de 1618, au château de Nelahozeves en Pologne, ou une autre version du même sujet, datée de 1620 et en dépôt au musée des Beaux Arts de Cambrai, ainsi que la Crucifixion de 1619 au musée de Bruxelles. Vu le nombre conséquent d’œuvres qui nous sont parvenus et la répétition de certaines compositions, il semble que Caullery ait dirigé un grand atelier très actif.

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre adresse email ci-dessous

Le champ est vide Merci de saisir une adresse valide

En remplissant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des communications personnalisées de la part de Galerie Nicolas Lenté.
Si vous souhaitez vous désinscrire ou connaître le traitement de vos données, veuillez consulter notre politique de confidentialité

Galerie Nicolas Lenté
2, rue des Saints-Pères, 75007 PARIS
Tel: +33 (0)6 64 42 84 66