Irruption de l’âne iconoclaste dans un cabinet d’amateur, atelier de Frans Francken

14800 €
Époque : XVIIème siècle
Provenance : Anvers, Flandres
Matériaux : huile sur panneau
Signature : Atelier de Frans Francken le Jeune
Dimensions : Encadré: h. 68 cm, l. 78 cm
Voir la fiche de l'oeuvre

Irruption de l’âne iconoclaste dans un cabinet d’amateur

Notre panneau illustre un thème des « ânes iconoclastes », sujet rare et semble-t-il traité seulement par Frans Francken II en association avec un cabinet d’amateur d’art.
Les intérieurs de collectionneurs d’arts, les premiers musées privés, constitue des sujets de prédilection de peintres anversois du XVIIème, représentant souvent les collectionneurs en tant que connoisseurs avertis, s’intéressant non seulement aux arts visuels tels que sculpture ou peinture, mais également aux sciences telles que philosophie, géographie et astronomie.
Parmi les œuvres de Frans II Francken on dénombre plusieurs représentations d’«ânes iconoclastes» dans les cabinets d’amateur, en référence à l'iconoclasme de 1566, provoquant la destruction de l’intérieur de la cathédrale d’Anvers.
Faire renaitre dans ses œuvres les évènements vieux d’un demi-siècle permet au peintre de mieux appréhender l’agitation religieuse qui règne dans les années 1610-1620 et dénoncer à travers ses œuvres les effets néfastes sur l’économie. La position de Francken est empreinte de l’érasmisme, le courant qui défend un compromis entre le protestantisme et la papauté.
La Furie iconoclaste a longtemps été considérée par les historiens comme une révolte politico-populaire contre la tyrannie du prince, mais aussi comme une révolution socio-économique d’un peuple affamé. Le roi Philippe II, très absent de son royaume des Pays-Bas, était en effet impopulaire et la pauvreté et le chômage augmentaient dramatiquement.
Le risque de basculement entre vandalisme des œuvres d’art religieuses vers les œuvres profanes dans un contexte économique instable est difficile à prévoir.
C’est pour cette raison dans notre tableau, comme dans tous ceux sortis de l’atelier de Francken, l’âne iconoclaste brise les sculptures antiques. Le peintre alerte sur le risque de transfert de folie destructrice sur des œuvres d’art profanes, et non seulement limité au culte catholique. Une œuvre d’art est avant tout une création artistique, nonobstant son emploi ou sa localisation.
En recourant à la parodie animale, le peintre choisit l’âne pour dénoncer les ravages de l’iconoclasme. L’âne à la Renaissance est un symbole d’ignorance, de la bêtise, de l'entêtement, l'obstination ou encore l'obéissance aveugle, passive et stupide.

Atelier de Frans Francken II (1581-1642)
Ecole Anversoise du XVIIème siècle
Huile sur panneau de chêne
Dimensions : h. 32 cm, l. 42 cm
Cadre en bois mouluré et noirci à larges moulures, à profil renversé
Dimensions encadré : h. 68 cm, l. 78 cm

Les œuvres en rapport :
• Le cabinet d’amateur, Frans Francken II, daté 1617, Royal Collection Trust, Royaume Uni (Fig. 1)


• Les ânes iconoclastes, Frans Francken II, Stadtgalerie Neubourg, Allemagne (Fig. 2)


• Le cabinet d’amateur, Frans Francken II, Musée des Augustins, Toulouse (Fig. 3)

 

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir notre newsletter, veuillez saisir votre adresse email ci-dessous

Le champ est vide Merci de saisir une adresse valide

En remplissant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des communications personnalisées de la part de Galerie Nicolas Lenté.
Si vous souhaitez vous désinscrire ou connaître le traitement de vos données, veuillez consulter notre politique de confidentialité

Galerie Nicolas Lenté
2, rue des Saints-Pères, 75007 PARIS
Tel: +33 (0)6 64 42 84 66